Kwerk Bienfaisance Salon

pourquoi revenir au bureau ?

Et les bonnes raisons ne manquent pas !

Mal vu par de nombreuses entreprises –avant la Covid-19, le télétravail concernait seulement 6,6% des actifs (1) – le travail « en distantiel » est devenu une nouvelle norme : aujourd’hui, la moitié des salariés français le pratiquent régulièrement. Une véritable révolution qui questionne forcément la place donnée au travail et démocratise les envies d’organisations inédites. La preuve ? 72% des actifs souhaitent une généralisation du télétravail et 49% rêvent d’un espace de coworking (2).Si pas moins de 93% des millenials rejettent l’idée du bureau classique (3), le travail à distance est aussi une alternative séduisante pour la génération X et les baby-boomers. Il faut dire que les bons côtés ne manquent pas : temps de transport réduit, productivité croissante, performances boostées et création d’un nouveau rapport de confiance entre managers et collaborateurs.

Kwerk Bienfaisance Salon

L’importance des instants fortuits

Le bureau n’est donc plus une évidence et cette volonté, qui touche toutes les classes d’âge, interroge la vocation future de ce lieu si longtemps sacralisé. Une mutation inéluctable qui force les entreprises à repenser leurs espaces en y intégrant une nouvelle approche des relations et de l’intelligence collective. « La valeur ajoutée du bureau repose principalement sur le travail collectif. Ce qu’on ne mesurait pas avant, c’est la dimension humaine extrêmement importante de la vie au travail » souligne Eric Albert, fondateur d'Uside, cabinet de conseil spécialisé dans la qualité de vie au travail (QVT). L’expérience de bureau n’a rien d’anecdotique : elle provoque des instants fortuits, mobilise des talents et génère un flux d’idées qui nourrissent les projets, lient les individus et amplifient la marque entreprise. Le MIT estime d’ailleurs que 80% des innovations résultent de la communication interpersonnelle et 70% de ce que nous apprenons au travail repose sur des échanges imprévus. Vu comme ça, comment construire ce nouveau quotidien, ce « monde d’après », qui aspire au mieux-travailler ensemble ?

Des lieux de construction collective

Les entreprises sont conscientes que le bureau ne peut plus se limiter à un lieu spécifique, et 85% des DRH prévoient déjà de modifier leur politique en matière de télétravail (4). Et le bureau « d’avant » se réinvente déjà en espace dédié à l’épanouissement des talents, reflet du « besoin d’un lieu physique, de rencontre ou l’on co-travaille, ou l’on co-construit» explique Albert Angel, architecte designer et cofondateur de Kwerk. Inscrit dans l’ADN de la marque, le wellworking permet à ses membres d’y déployer pleinement leur créativité dans une bulle de travail d’exception dédiée au bien-être du corps et de l’esprit. Si le bien-être est au cœur du savoir-faire de Kwerk, il représente aussi un enjeu d’efficacité pour l’entreprise : un collaborateur épanoui sera 31% plus productif, 55% plus créatif, 6 fois moins absent et 9 fois plus loyal (5). Le wellworking prouve que le bureau doit être appréhendé à la fois comme un projet d’entreprise, un levier de performance et un espace innovant. Un changement de paradigme qui pourrait encourager l’entreprise à devenir, conclut Eric Albert,« incroyablement plus puissante dans sa capacité de créer collectivement ». To be continued.

 

1. « How usual is it to work from home? », Étude Eurostat, mars 2020

2. « À distance, masqués…Travailler oui mais comment ? » Observatoire Cetelem, mars 2021

3. « Nouveaux espaces de travail et expérience collaborateur », Fabrique Spinoza, décembre 2019

4. « Tendances RH 2021 : Ce qui se dessine au milieu du chaos », TalentSoft , 2020

5. « Effects of Positive Practices on Organizational Effectiveness », MIT & Harvard, 2011

Kwerk Madeleine- Salle de réunion
Kwerk- Tour First Image table

voices